La Vie Mancelle & Sarthoise soutient l’Ukraine dans le combat pour sa liberté. Cliquer sur l’image du drapeau renvoie au site de La Croix-Rouge.          La Vie Mancelle & Sarthoise soutient l’Ukraine dans le combat pour sa liberté. Cliquer sur l’image du drapeau renvoie au site de La Croix-Rouge.          
Mardi 31 janvier 2023
Sainte Marcelle

:: DERNIER NUMÉRO
VMS NUMÉRO 477
Février 2023
Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le
26 janvier 2023

:: RECHERCHE



:: ANCIENS NUMÉROS

:: CHRONIQUES

:: LIENS


:: ESPACE RESERVÉ


:: SUIVEZ NOUS
Bandeau lecture
Bandeau vide



Pierre Ragot, curé du Crucifix

Pierre Ragot ou le curé des pauvres

« Une foule de malheureux erraient dans les campagnes [du Haut-Maine] disputant aux animaux les plus vils aliments. Beaucoup essayèrent de se nourrir d’herbe et succombèrent sur les chemins. » Pierre Ragot, passant, aperçut un enfant d’environ trois ans, resté près des cadavres de ses parents. De sa propre chemise, il revêtit le petit et l’emmena chez lui. L’action se passait en 1661.

Le règne de Louis XIV fut qualifié de « Petit âge glaciaire » par les historiens. Tous les ans, les registres paroissiaux mentionnaient des froids intenses, des neiges abondantes… À Nogent le Bernard, les gelées commencèrent au début d’octobre 1660 et elles gâtèrent les futures cultures. Après la Saint-Martin, le froid n’a point cessé… Le prêtre de Bourg le Roi, nota qu’un froid excessif commença le premier dimanche de l’Avent et dura deux mois sans discontinuer !

Quelques personnes se dévouèrent afin de limiter les catastrophes humaines engendrées par les conditions climatiques horribles qui marquèrent cruellement cette période. Parmi celles-ci, un ecclésiastique, Pierre Ragot, se signala par son zèle perpétuel.

Pierre Ragot vit le jour au Mans, le 17 octobre 1609, au foyer d’un tailleur très pauvre, père de 24 enfants ! Plus tard, il manifesta le désir d’entrer dans les ordres sacrés, mais sa mère principalement s’y opposait. Il finit par quitter ses parents, à 21 ans, pour voyager et trouver sa voie. Il fit la connaissance d’un prêtre très humble qui l’influença beaucoup par ses actions consistant à consoler les affligés, secourir les malades et soulager les malheureux.
À la suite d’une de ses actions charitables envers des prisonniers, Pierre Ragot fut ordonné prêtre en 1643. Au cours de 1677, les glaces signalées partout, comme en Touraine à Bréhémont, et en Anjou, à Saint-Martin de la Place, saccagèrent les plantes. Les privations se trouvaient aggravées par une épidémie de dysenterie et la guerre de Hollande. Effectivement, au cours de la saison froide nos troupes revenaient au pays, en garnison, et il fallait aussi les nourrir ! Pierre Ragot fut de ceux qui se multiplièrent pour venir au secours des plus démunis.
Il desservit pendant des années la paroisse du Crucifix, celle dont l’église est tout simplement la cathédrale Saint-Julien. Il rendit l’âme le 13 avril 1683, âgé de 73 ans.


Pierre Ragot, curé du Crucifix
Carte postale, J. Bouveret édition

De petites illustrations s’affichent ou complètent le dessin central. Chacune est accompagnée d’un petit texte commentant les grands principes de son existence comme : « Il fait manger toutes sortes de pauvres a sa table » ; « Il console les prisoniers et leurs lave les pieds » ; « Ce charitable prestre donne laumosne a tous les pauvres » ; « Il emmène les malades coucher chez luy »

Enfin, pour sa sépulture : « Comme il est porté en l’Eglise de St Iulien de la ville du Mans ou il est inhumé. »

Sources :
Mariotti Chantal, Delaperrelle J.P. Les aléas du climat au cours des temps, 2022, Cercle Généalogique de Maine et Perche
Piolin Paul (dom), Histoire de l’Église du Mans, 1863, Vrayer de Surey éd.



Jean-Pierre Delaperrelle