A cause de la crise sanitaire et du confinement, le prochain numéro 2020 sera disponible en SEPTEMBRE.  
Vendredi 7 août 2020

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 464
février 2020

Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le 25 janvier 2020

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES













:: ANCIENS NUMÉROS



Voir la mosaïque

:: SUIVEZ NOUS


facebook-VMS



 La Vie Mancelle & Sarthoise - Accueil des OUVRAGES
Bandeau lecture
Bandeau Vide

Montmirail et son château

Perchée sur un tertre, cette Petite Cité de Caractère de l’est de notre département appartient au Perche Sarthois. Elle peut s’enorgueillir d’une longue histoire qui connaîtra son apogée au Moyen Age.


Vue aérienne du château et du village

Le nom de Montmirail remonterait à 1060. Son origine vient du latin, mons mirabilis signifiant «mont admirable», ou bien «le mont où l’on se mire». Mais l’origine pourrait être beaucoup plus ancienne comme en atteste un chantier de fouilles archéologiques qui mit à jour des pièces et des outils en silex remontant au Mésolithique. Dans sa Guerre des Gaules, Jules César mentionne un oppidum qui aurait existé à l’emplacement du château actuel, ce qui laisse présager une occupation des lieux plus ou moins continue. Le tertre «culmine» actuellement à 320 mètres, à l’emplacement de l’ancienne motte castrale.
Au IXe siècle, l’évêque de Chartres avait cédé cinq de ses terres à plusieurs chevaliers qui lui étaient venus en aide contre les invasions normandes. Au XIe siècle, Guillaume Ier Gouët, premier seigneur de Montmirail à entrer dans l’Histoire, les récupère. Ainsi se constitue une châtellenie composée des cinq baronnies d’Alluyre, La Bazoche, Brou, Authon et Montmirail.


les salles d´armes du château. Photo C. Ledieu

Une page d’histoire de France et d’Angleterre

Après son divorce de Louis VII en 1152, Aliénor d´Aquitaine porte sa main et son immense dot à Henri Plantagenet. Déjà comte du Maine, de l’Anjou et de Touraine, duc de Normandie depuis 1149, celui-ci devient roi d’Angleterre en 1154. Il possède alors en France un territoire équivalent à 22 de nos départements actuels et doit prêter hommage à son suzerain français.
En 1169, sous l’égide de Guillaume IV Gouët, seigneur du lieu, se tient une rencontre historique entre le roi d’Angleterre Henri Ier, Thomas Becket et Louis VII, roi de France. Ce dernier a déjà indisposé les Anglais en recueillant l’archevêque de Canterbury, adversaire déclaré du roi Henri Ier. En effet, après avoir menacé d’excommunication le roi d’Angleterre, l’archevêque s’est placé sous la protection du roi de France. Louis VII a aussi soutenu certaines prétentions des fils d’Henri Ier contre leur père. Il en est résulté quelques conflits armés entre Anglais et Français. L’entrevue de Montmirail en 1169 et celle de Montlouis en 1174 y mettent fin, provisoirement. Protégé par Louis VII, Thomas Becket doit néanmoins affronter la vindicte du roi d’Angleterre. Sous la pression, il accepte à Montmirail d’obéir à ses ordres, sauf pour ce qui relève de « l’honneur de Dieu », c’est -à-dire beaucoup, et la réconciliation n’a pas lieu. Peu après il sera assassiné dans sa cathédrale de Canterbury.

La «rencontre au sommet» ne portera pas chance au château qui sera assiégé et détruit par deux fois, en 1194 et 1421, mais aussitôt reconstruit, comme le village. Au fil des siècles suivants la vie sera plus tranquille, à l’exception d’une épidémie de peste en 1584. Les villageois n’auront même pas à souffrir des guerres de Religion!


Façade extérieure et tour de l’observatoire


Francis Landier


Facebook Twitter email    

Copyright © 2020 ACTMR/La Vie Mancelle - 35 B, rue de Degré - 72000 LE MANS
SIRET : 39379650300034 - RNA : W 723000171