La revue reprend du service. N´hésitez pas à découvrir le nouveau numéro. Consultez également les nouveautés du site et la carte des points de vente... Bonnes lectures.  
Jeudi 22 octobre 2020
Sainte Elodie
:: DERNIER NUMÉRO
VMS NUMÉRO 465
Septembre 2020

Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le
9 septembre 2020

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES












:: ANCIENS NUMÉROS



Voir la mosaïque

:: LIENS

:: SUIVEZ NOUS

facebook-VMS



La Vie Mancelle & Sarthoise - Accueil des OUVRAGES
Bandeau lecture
Bandeau Vide

La première Renault « électrique » est née au Mans

1937. A Paris, doit s’ouvrir, le 25 mai et pour six mois, l’Exposition universelle, officiellement dénommée : Exposition Internationale des Arts et des Techniques appliquées à la Vie moderne. Elle se tiendra face au Palais de Chaillot, construit pour l’événement, sur le Champ-de-Mars et se prolongera sur les quais de la Seine jusqu’au Grand Palais. Plusieurs millions de visiteurs sont attendus.

La Fée électricité étant l’un des grands thèmes de l’exposition, les organisateurs ont souhaité que des véhicules électriques transportent les visiteurs entre les 190 pavillons répartis sur plus de cent hectares.

Un cahier des charges rigoureux est établi. Louis Renault, consulté, affirme qu’aucune voiture électrique ne peut y répondre et propose différentes solutions à moteur thermique. Le projet prend du retard. Louis Verney, constructeur d’autocars au Mans, tente alors de relever le défi.Le temps presse, le marché lui sera accordé si, dans un délai d’un mois, il peut présenter « un véhicule de quatre places atteignant 40 km/h en palier et capable de gravir dix fois la rue de Magdebourg sans recharger les batteries » (cette rue monte au Trocadéro avec une pente assez forte).

Louis Verney équipe un châssis Renault Celtaquatre d’un moteur de 48 volts alimenté par des batteries Vétra et présente une très jolie voiture découverte. Les essais sont concluants et le pari gagné !

Ce sont 35 taxis qui lui sont commandés et qui vont être construits dans les ateliers de l’avenue Olivier-Heuzé.

Ces taxis, avec chauffeur en livrée blanche, véhiculeront en silence et sans pollution, de nombreux visiteurs et souvent des invités de marque dans les larges allées de l’Exposition.


Un des taxis Celtaquatre sous la Tour Eiffel


Le Duc de Windsor et son épouse, Wallis Simpson, découvrent l’Exposition à bord d’un taxi électrique
(le passager à l’avant est sans doute leur garde du corps !)

Il semble qu’aucune de ces voitures n’ait survécu à la Guerre et de nombreux amateurs d’anciennes Renault ont vainement cherché leurs traces. Heureusement, il nous reste les photographies de celle qui apparaît comme la « grand-mère » de la petite Renault Zoé qui sillonne aujourd’hui nos villes.


Jacques-Henri Minier


Facebook Twitter email    

Copyright © 2020 ACTMR/La Vie Mancelle - 35 B, rue de Degré - 72000 LE MANS
SIRET : 39379650300034 - RNA : W 723000171