Dimanche 31 mai 2020

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 464
février 2020

Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le 25 janvier 2020

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES











:: ANCIENS NUMÉROS



Voir la mosaïque

:: SUIVEZ NOUS


facebook-VMS



 La Vie Mancelle & Sarthoise - Accueil des OUVRAGES
Bandeau lecture
Bandeau Vide

Christian Pineau et la signature du Traité de Rome

Syndicaliste engagé avant la guerre, résistant, déporté à Buchenwald, ministre du Ravitaillement en 1945 dans le gouvernement provisoire du Général de Gaulle puis titulaire de nombreux portefeuilles, notamment les Travaux Publics et les Transports, Christian Pineau est ministre des Affaires étrangères entre 1956 et 1958. Le député socialiste sarthois joue un rôle essentiel dans la construction européenne. En négociant pour la France la signature des traités de Rome, en 1957, il contribue directement à la naissance des Communautés européennes.

Christian Pineau a représenté notre département à l´Assemblée Nationale à partir de 1946. Ministre sous Robert Schuman, puis Guy Mollet, il a dirigé les Affaires étrangères pour ce dernier. Au cours de sa carrière, Christian Pineau s’est positionné comme pro-européen, "avocat"de la malheureuse Communauté européenne de défense aux côtés d’Antoine Pinay, dans un contexte politique défavorable à tout rapprochement avec l´Allemagne. Il a côtoyé les Pères fondateurs, de Jean Monnet, qui lui confie son rêve d´un « grand marché » européen dès 1945, au Belge Paul-Henry Spaak. Fin négociateur, en faveur du Marché commun malgré les réticences françaises, Christian Pineau cosigne avec Maurice Faure le traité de Rome entre la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Le résultat, le 25 mars 1957, est à la hauteur des attentes d’un homme d’État convaincu par le rapprochement franco-allemand, l’ouverture des frontières douanières ainsi que la Communauté des États européens. Il a défendu ce projet avec confiance et conviction. Modeste, il assume un acte politique historique et courageux à l´époque.

Christian Pineau a fait preuve de la « volonté politique » nécessaire pour « faire l’Europe », selon les mots du chancelier Adenauer, dont il a été un interlocuteur privilégié. Soixante ans après le Marché Commun, l’Europe peut-elle renouer avec l’esprit de Rome? Il nous apprend qu´"après la conférence de Messine [en 1955, réunion à l´origine de la résolution de principe sur l´union économique]… il ne semblait plus y avoir de « volonté politique », et pourtant nous étions à la veille du renouveau".


Christian Pineau, Musée de l’ordre de la Libération


Christian Pineau et Maurice Faure lors de la signature pour la France.

En 2017, Jean-Paul Couasnon nous rappelait quelques anecdotes et souvenirs personnels à l’occasion du 60 ème anniversaire du Traité de Rome : "Son ouvrage sur cette période de 1940 à 1945,"La simple vérité" est un modèle de témoignage historique, empreint d’humanisme et d’héroïsme discrets. Je relis avec émotion sa dédicace pudique : " à Jean-Paul Couasnon, président du mouvement européen dans la Sarthe, ..."
Christian Pineau se rallie au Général de Gaulle dès 1940.Il était avec Raymond Dronne, le libérateur de Paris, l’un des deux Sarthois Compagnons de la Libération; homme de courage et de réflexion, il représente la Sarthe au Palais Bourbon de 1946 à 1958 avant d’être em-porté par la vague gaulliste et le jeune Joël Le Theule. Resté longtemps conseiller général du canton du Grand Lucé, il habitait principalement à Paris."


Signature du traité de Rome, le début d´une longue histoire.


Francis Landier


Facebook Twitter email    

Copyright © 2020 ACTMR/La Vie Mancelle - 35, rue de Degré - 72000 LE MANS
SIRET : 39379650300034 - RNA : W 723000171