A cause de la crise sanitaire et du confinement, le prochain numéro 2020 sera disponible en SEPTEMBRE.  
Vendredi 7 août 2020

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 464
février 2020

Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le 25 janvier 2020

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES













:: ANCIENS NUMÉROS



Voir la mosaïque

:: SUIVEZ NOUS


facebook-VMS



 La Vie Mancelle & Sarthoise - Accueil des OUVRAGES
Bandeau lecture
Bandeau Vide

Pierre BELON, une gloire sarthoise

Pierre BELON voit le jour en 1517 au hameau de la Soultière vraisemblablement à Cérans dans la Sarthe. Jeune, il s’intéresse à la faune et à la flore et souhaite devenir apothicaire. Au cours de 1538, il s’occupe du premier jardin botanique de France, véritable jardin d’acclimatation, au manoir de Touvoie, à Savigné-l’Évêque. En 1542, Belon poursuit ses études à Paris pour devenir l’apothicaire du cardinal François de Tournon.

Lors de 1546, Pierre Belon accompagne une mission diplomatique de François 1er, auprès de Soliman le Magnifique qui règne sur l’Empire Ottoman depuis Constantinople. Un voyage long mais qui s’avère profitable. La mission passe par Venise, puis longe les côtes de l’Adriatique, Corfou, Zante, la Crète pour arriver à Constantinople en 1547. Belon prend des notes, dessine, collectionne. Il passe en Macédoine, visite le mont Athos, la Crète où il monte au mont Ida, Salonique, puis l’Égypte. Il explore Alexandrie, Le Caire, la Cyrénaïque, le Sinaï, la mer Rouge, la Judée, la mer Morte, le Liban, la Syrie. Après le Sinaï et la Palestine, où il herborise toujours, son voyage le mène à Jérusalem, puis Damas. Il recherche encore des médecines et drogues miracles.

L’année 1549 marque sa vie car il revient à Istanbul pour regagner la France, mais le bateau est attaqué par des pirates barbares et la plupart de ses compagnons sont enlevés. Le bâtiment est pillé et ses collections perdues. Sans se décourager, il continue d’herboriser en vue de trouver baumes et remèdes inconnus. Il rentre en France peu après et commence à rédiger ses mémoires. A son retour au pays, Henri II occupe le trône de son père. Pierre Belon va disposer alors d’un logement, au château de Madrid, dans le Bois de Boulogne, qu’il conservera sous le règne de Charles IX, fils d’Henri II. Il vit du commerce des baumes, drogues et onguents rapportés de ses voyages et dont il a ramené les recettes. Il attend que poussent platanes, lilas, oliviers, lauriers roses et hellébores.

Pierre Belon commence des études de médecine, en vue d’en obtenir la licence. Au cours de cette période, il voyage en Europe afin d’observer la nature et rédige les ouvrages "Zoologie et botanique", "Des arbres et des conifères", "L’histoire naturelle des estranges poissons marins avec la vraie peincture et description du dauphin et de plusieurs autres de son espèce observée par Pierre Belon" (1551). Il établit une classification basée sur ses observations anatomiques. La même année dans «Histoire de la nature des oiseaux», Belon réunit les mêmes renseignements que sur les poissons marins.

Pierre Belon a aussi introduit en France de nombreuses plantes telles le laurier-palme, l’arbre de Judé, le pistachier, le jujubier, le chêne vert, la tulipe d’Orient, le myrte, le cèdre, le genévrier d’Orient et des herbes euphorisantes. Il a rapporté aussi des graines de platanes du Liban afin de les faire pousser dans la Sarthe.

L’utilisation thérapeutique alimentaire, technologique des végétaux, le prix de revient, les procédés de culture, le rendement, les facilités de naturalisation ou d’importation, passionnèrent ce grand scientifique qui fut assassiné en avril 1564.

Source :
Delaunay Pierre (Dr), Pierre Belon naturaliste Le Mans, 1926, Monnoyer Imp.


Ginette Meunier


Facebook Twitter email    

Copyright © 2020 ACTMR/La Vie Mancelle - 35 B, rue de Degré - 72000 LE MANS
SIRET : 39379650300034 - RNA : W 723000171