La Vie Mancelle & Sarthoise soutient l’Ukraine dans le combat pour sa liberté. Cliquer sur l’image du drapeau renvoie au site de La Croix-Rouge.          La Vie Mancelle & Sarthoise soutient l’Ukraine dans le combat pour sa liberté. Cliquer sur l’image du drapeau renvoie au site de La Croix-Rouge.          
Vendredi 2 déc. 2022
Sainte Viviane

:: DERNIER NUMÉRO
VMS NUMÉRO 476
Décembre 2022
Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le
24 novembre 2022

:: RECHERCHE



:: ANCIENS NUMÉROS

:: CHRONIQUES

:: LIENS


:: ESPACE RESERVÉ


:: SUIVEZ NOUS
Bandeau lecture
Bandeau vide



Blanche VIDAL-GUÉNET, une plume et un pinceau sarthois

Issu d’une lignée de charpentiers, de menuisiers ayant exercé à Changé au cours du XIXe siècle, Georges Léon Guénet vient s’installer au Mans. En 1892, il s’y marie et reprend avec un nommé Hétrot une imprimerie au 5 rue du Porc-Épic. Peu après il devient son propre patron… et l’un des concurrents de la famille Monnoyer, installée depuis 150 ans.

Au foyer de Georges Guénet et Victorine Émilienne Litallien, son épouse, au moins trois enfants paraissent. Marthe née en 1895, qui décède trois mois plus tard. Blanche Hélène voit le jour le 22 janvier 1900, puis Jeanne en 1902. Très jeune, Blanche prend goût pour l’écriture et consigne énormément d’anecdotes, de bruits, de rumeurs, notamment dans son carnet, avec une aisance certaine. Tout l’intéresse dans la vie des Manceaux. À 14 ans, les débuts de la Première Guerre mondiale l’inspirent avec les mouvements des différentes troupes puis l’arrivée des blessés qu’il faut soigner, et plus tard les horreurs de la guerre. Elle dispose d’un « coup de crayon » remarquable lequel lui permet d’illustrer ses textes, les rendant extrêmement vivants.


Les blessés de la Marne



Une amie de Blanche Guénet en infirmière Le commandant de G...


Le fiacre

Le 29 octobre 1926, Blanche épouse au Mans un photographe, André VIDAL, qui va lui donner deux enfants Monique et Yves, en 1931 et 1932. Ses aptitudes vont attirer Blanche vers l’enseignement à l’École municipale des Beaux-Arts de 1947 à 1960, place Saint-Pierre, au Mans. Elle y dispense des cours de dessin pour jeunes filles.

Cependant sa plume la taquine, elle produit une pièce théâtrale, Le Masque Blanc, dédiée au chirurgien manceau Charles MAIGNAN. Cette œuvre reçoit, en 1960, le « prix Violon d’Ingres ». Elle obtient ce prix à nouveau (en 1962) pour son recueil de poésies Puis Aulos chanta. Deux de celles-ci, Artiste et Le cloître, figurent dans le magazine La Vie Mancelle en 1963.

Le 10 mars 1964, l’académicien André CHAMSON fait publier pour La Revue moderne de l’Art et de la Vie, une anthologie intitulée « Des poètes parlent de l’Amour ». Plusieurs œuvres de Blanche, dont Ondes écrite en 1963, y sont sélectionnées. Nous retrouvons ce poème dans le numéro de mai 1964 de La Vie Mancelle. On lui doit aussi un article, dans la même revue, « Les peintres manceaux et l’impressionnisme ». Dans ce magazine, Blanche Vidal-Guénet publie au cours de 1968 une nouvelle en feuilleton, Sur la route des sables.

À partir de janvier 1965, La Vie Mancelle propose « Extrait du journal d’une lycéenne » (Guerre 1914-1918). L’auteur présente le contenu de ce journal en octobre 1964 par :

je n’avais aux débuts de la guerre 1914-1918 que quatorze ans. Que puis-je faire de mieux que de vous livrer des extraits de mon journal, qui vous mettront au courant des faits marquants de la vie menée par les Manceaux en ces temps de troubles. Pour la plupart de ceux qui vécurent dans notre ville, ce fut une époque d’abord d’enthousiasme, suivie d’un temps d’adaptation, puis d’une sorte d’engourdissement, troublé par les grands deuils familiaux. Une seule hantise : voir la fin de cette horreur, et puis la joie brutale de l’Armistice, tempérée par le lourd sens des pertes subies

Elle croque des personnages très variés et réussis, montrant des qualités certaines et précoces. Les mêmes textes seront présentés et annotés à partir de 2014, dans cette revue, par l’historien sarthois André Ligné… 70 ans plus tard.

Toutefois, la jeune artiste ne se contente pas des croquis réalisés au cours de son adolescence. Une dizaine de ses œuvres, réalisées par la suite, appartiennent aux Archives du Mans telles Dessin en couleur, Étude de portrait (aquarelle)… et un projet de tapis de table.


Étude de portrait. Aquarelle, 65 x 50cm.Archives Le Mans 11Fi595

Blanche VIDAL-GUÉNET décède au Mans, le 12 juillet 1983.

Sources :
La Vie Mancelle 46, 52…
La Vie Mancelle & Sarthoise 436…



Jean-Pierre Delaperrelle