Vous êtes Sarthois. Vous aimez l´histoire locale et le patrimoine. Vous aimez écrire ! Rejoignez notre équipe de rédaction.          Vous êtes Sarthois. Vous aimez l´histoire locale et le patrimoine. Vous aimez écrire ! Rejoignez notre équipe de rédaction.          
Lundi 18 octobre 2021
Saint Luc

:: DERNIER NUMÉRO
VMS NUMÉRO 470
Octobre 2021
Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le
09 septembre 2021

:: RECHERCHE



:: ANCIENS NUMÉROS

:: CHRONIQUES

:: LIENS


:: ESPACE RESERVÉ


:: SUIVEZ NOUS
Bandeau lecture
Bandeau vide



Arlette Gruss, Sarthoise d´adoption

Quelle chance d'avoir été accueilli dans la caravane d'Arlette Gruss un soir de représentation. Cette force de la nature, dame de fer au gant de velours, était une femme de caractère, au demeurant simple et sympathique pourvu que sa confiance vous soit accordée. Ancienne dompteuse de panthères, elle savait comment aborder les fauves, l'être humain en général et tous les problèmes inhérents aux gens du voyage. Quand un cirque n'est pas sur la route, il lui faut trouver un emplacement suffisamment grand pour y prendre ses quartiers d'hiver. En 1989, Lucien Lhuillier, alias Farham, saltimbanque aux attaches Arnageoises, déniche un terrain de cinq hectares à La Fontaine-Saint-Martin. C'est aux Choquets que, de nos jours, le chapiteau et les 60 semi-remorques stationnent dans l'attente d'un nouveau départ.

Des départs, Arlette en a connus. À commencer par sa naissance en 1931, fille du maître écuyer Alexis Gruss et cousine d'un autre Alexis qui deviendra directeur du Cirque National. À 5 ans, enfant de la balle, elle est au trapèze. En 1967, elle reprend le numéro de panthères dirigé par son frère Philippe. Cette exception féminine, lui apporte la notoriété... et un mari, Georgika Kobann, dompteur lui aussi. Au décès de son père, en 1985, désirant tracer sa propre route, elle fonde le Cirque Arlette Gruss, aventure ô combien risquée ! Depuis, le plus grand chapiteau itinérant de France faisant étape dans 26 villes, accueille plus de 400 000 spectateurs/an. Cent-vingts salariés assurent la logistique de cette usine roulante.

Le 2 janvier 2006, deux jours avant le départ d'une nouvelle tournée, Arlette s'en est allée au firmament des "étoiles du cirque". Le 6, la petite église de La Fontaine-Saint-Martin n'avait jamais connu une telle affluence de célébrités circassiennes dépouillées de leurs fards. Venus de toute l'Europe, les artistes ont salué celle qui, un jour, leur avait permis de se produire sous son chapiteau. Michel Palmer, Monsieur Loyal, rappela que : "Nonna" puisait sa force dans l'épreuve et ne baissait jamais les bras. Femme de conviction à qui on ne la fait pas, combien ai-je vu de ces courtisans absents au moment des difficultés et brusquement reparus lorsque tout allait bien, se faire congédier car elle avait choisi de ne plus les reconnaître. Certains ont cru l'entendre dire : Allez, pas le temps de vous apitoyer, la tournée doit commencer...

Après 35 ans, le Cirque Arlette Gruss figure parmi les tous premiers mondiaux. Au Mans, avant que le nouveau complexe théâtre/cinéma ne soit construit, le chapiteau pouvait se loger sur l'esplanade en dur du Quinconce des Jacobins. Désormais, il est planté hors la ville, sur un terrain herbeux proche de l'aérodrome. Lors de sa dernière visite en février 2020, les pluies abondantes n'ont pas autorisé son implantation, au grand regret de Gilbert Gruss, fils et digne successeur de la «Reine du Cirque».


Daniel Levoyer