Pour fêter le 60e anniversaire de La Vie Mancelle & Sarthoise, le numéro de décembre 2019 vous proposera 80 pages et un thème original
 
Samedi 14 déc. 2019
Sainte Odile

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 462
Octobre 2019

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES

Retrouvez dans cette
rubrique les dernières
éditions en ligne !





:: ANCIENS NUMÉROS



> Voir la mosaïque <

< Numéro précédent

[VMS NUMÉRO 418 / Septembre 2011]Numéro suivant >

"L'art de creuser un trou"
Frédéric Gruet
Éd. Gallimard
Attention : talent ! Un de plus à mettre au crédit de notre riche département en la matière, si tant est qu'il existe des frontières à la littérature. Mais, numéro après numéro, force nous est de constater la recrudescence de jeunes plumes qui, même à l'occasion d'un premier ouvrage, attirent sur eux l'intérêt, quand ce n'est pas déjà l'admiration. C'est encore le cas ici pour Frédéric Gruet, 31 ans, Manceau, avec des racines du côté d'Écommoy. Son parcours scolaire régulier dans le public n'augurait pas qu'il s'oriente ensuite vers le Prytanée militaire de La Flèche, les Mines, le ministère des Finances, la Répression des Fraudes (DGCCRF) pour produire un roman publié d'emblée dans la "Collection blanche" chez Gallimard. Noël Sixte est un ancien neurologue français rallié par hasard à la cause Karen, groupe ethnique tibéto-birman vivant aussi à la frontière thaïlandaise et menacé de disparaître. Géraldine Allais est une journaliste française, reconvertie dans l'écriture de biographies et commanditée par Sixte. Elle débarque dans le camp Karen près duquel tombent des obus de mortier, à espace régulier. Étonnant de découvrir ensuite une série de personnages aussi atypiques que le roman, mûr et abondamment nourri, sous forme de tableaux qui s'entrecroisent avant de former le point de chute. L'art de creuser un trou, ou bien son trou, ou bien sa tombe, qu'est-ce que ça change ? L'ensemble est attachant, mature, au point d'en redemander à condition de s'y retrouver. Maniant un humour (le jour des "activités plus pressantes") et une dérision (nous ne comprendrons jamais rien) indispensables à l'équilibre du récit d'une tension parfois moite comme la jungle, pour nous, un grand auteur est né que nous suivrons ! 21 €.
L'art de creuser un trou (Frédéric Gruet)

"Chante pollueur"
François de Dieuleveult
Éd. Édilivre
Julien Virnes se trouve malgré lui entraîné dans un tourbillon criminel où il a failli laisser sa peau. A l'origine, son ami Antoine, riche entrepreneur et collectionneur de voitures de prestige. Atteint d'un cancer sans chance de salut, il le charge de trouver pour son usine sarthoise celui qui sera digne de succéder à la tête de l'empire. Lorsqu'il délaisse son job parisien pour accepter la mission de son ami, Julien est loin d'imaginer le traquenard dans lequel il s'est fourré. Issu d'une longue lignée bretonne, François de Dieuleveult est né en 1952 au Mans où il a effectué sa scolarité et vécu jusqu'à 25 ans. Ingénieur ESME SUdria en 1977, il a publié de nombreux articles de vulgarisation dans une revue d'électronique. Chercheur au Commissariat à l'Énergie Atomique de Saclay (Essonne) et enseignant, ses trois précédents livres sont également dédiés à l'électronique. Avec "Chante pollueur", il s'essaie au polar, pour notre plus grand bonheur ! 20 €.
Chante pollueur (François de Dieuleveult)

"Pescarolo, retour en piste"
Bruno Palmet et David Piolé
Éd. Libra Diffusio
Rarement livre fut tombé à point nommé comme celui-là. Peut-être le calcul a-t-il été fait en ce sens : et alors ? Il nous semble que le sujet mérite amplement ce traitement, qui plus est sous la forme d'un "beau livre". Bruno Palmet est une signature incontournable du monde automobile dans Le Maine Libre. Sensible, comme bon nombre de Sarthois de tout bord, aux mésaventures de notre pilote-constructeur, il a souhaité s'associer au redressement de l'écurie sous la forme de ce vibrant hommage. Il est dit qu'Henri Pescarolo ne sera jamais abandonné et qu'au contraire, adulé d'un public démonstratif, les bonnes fées veillent pour contribuer à ce que la bannière verte et bleue continue de flotter. Les auteurs (texte et photographies) apportent leur éclairage et, à leur manière, un nouveau souffle dont le point d'orgue est la compétition 2011. Libra Diffusio montre au passage combien ces éditions sont capables de s'adapter. Adeptes des livres écrits en gros caractères à destination des personnes déficientes, elles étendent peu à peu leur palette de taille et de présentation. Chapeau à tous ! 25 €.
Pescarolo, retour en piste (Bruno Palmet et David Piolé)

"Un peintre de paysages"
Jean-Pierre Laplénie
Éd. Amalthée
A la fin des années 1960, Jean-Pierre Laplénie est venu de sa Corrèze pour accomplir, en Sarthe, une carrière d'enseignant. Le moment venu, il se consacra à l'animation du groupe d'Histoire Locale à l'Université du Temps Libre. Aujourd'hui, il nous présente un premier roman. Le livre retrace le parcours artistique et personnel d'un homme qui traverse le XXe siècle par les chemins creux, les vallons, les collines... en observant les arbres, les masures, les clochers… de son pays natal, sur les confins du causse et de l'Aquitaine. Le peintre mélange sur la toile les touches de couleurs à la recherche inlassable de la beauté. L'écrivain puise, dans son très riche vocabulaire, les mots précis et justes qui, mélangés sur le papier, produisent la même impression de délicate harmonie. Impossible de ne pas imaginer, entre eux, la même sensibilité, une complicité, comme une filiation ! Nous connaissions la rigueur de l'historien, nous découvrons qu'il est aussi un poète. Monsieur le Professeur, vous avez réussi un coup d'essai qui est celui d'un Maître. 21,50 €.
Un peintre de paysages (Jean-Pierre Laplénie
)

"Heros - La renaissance"
Laurent Luna
Éd. du Préau
Non, non, vous n'avez pas d'hallucinations. Le deuxième tome de la série H.E.R.O.S a bel et bien été écrit par Laurent Luna. L'auteur de Bonnétable est désormais connu pour ses thrillers au suspense palpitant comme L'In Nomine Patris ou encore De l'Autre Côté. Le romancier a usé d'un surnom pour que les gens achètent plus facilement le premier tome de son oeuvre, qui vous aura sans aucun doute plu. Un stratagème, certes, afin que les lecteurs ne pensent pas que, parce qu'écrit de sa main, le volume serait illisible des plus jeunes. Le second tome n'a rien à envier au précédent : vous ferez un voyage dans le temps de plusieurs siècles en arrière, jusqu'en 1517. Vous vous lierez d'amitié avec Leonardo di ser Piero da Vinci, et vous vous lancerez dans une aventure au terme de laquelle l'humanité tout entière pourrait être bouleversée. 14 €.
Heros - La renaissance (Laurent Luna
)

"Sarthe 1944. Année de larmes et d'espoir"
Jacques Morize
Éd. Textes et Prétextes
Au jour le jour, du 1er janvier à la fin décembre, l'auteur nous fait revivre tous les événements, majeurs ou minimes, liés à l'Occupation ou à la Libération : bombardements alliés avec les victimes et dégâts, avions abattus par la DCA, arrestations, prisonniers et leurs transferts, évasions... Avec le vent de l'Histoire qui tourne, l'approche des Alliés, la libération de la Sarthe après de durs combats, les Américains au Mans... Plus de 45 illustrations, en majorité des photos d'époque, et des annexes telles que les aérodromes américains en Sarthe, les forces aériennes en présence, les morts de la 2e DB en août 1944, l'organigramme de la 2e DB...
Sarthe 1944. Année de larmes et d'espoir (Jacques Morize)

"Autour de Surfonds, les noms de lieux racontent leur histoire"
Michel Larousse et René Delouvée
ITF Éd. [4 €]
Deux curieux dans le domaine de l'histoire viennent d'étudier la toponymie des Pays des Brière et du Gesnois, du Sud-Est du pays Manceau et du Pays Bilurien puis de produire cet ouvrage illustré de photos couleur et de dessins humoristiques. Ils ont passé au crible les noms des hameaux d'une quinzaine de communes et cela mérite votre attention.
En vente à Surfonds, et dans les presses de Bouloire et Connerré (Style et Plume)
Autour de Surfonds, les noms de lieux racontent leur histoire (Michel Larousse et René Delouvée )

"C'est Gabriel"
Sébastien Allard
Éd. Publibook
Sébastien Allard n'est plus tout à fait un inconnu depuis sa production de "Leïla et Jean" (cf VMS n° 416). Avec sa boulimie, il va l'être encore moins. Car trois ouvrages de sa plume dans ce numéro vont forcément contribuer à ce que l'auteur se découvre davantage, même s'il parle aussi des autres ! Gabriel est ce qu'on appelle un pauvre bougre, ancien ouvrier agricole de la caste des intouchables, vieux, sans famille, oublié de tous, y compris d'un système social qu'il n'a pas informé de son état. Par pudeur, par bêtise, par ignorance, le vieil homme a bien failli mourir de la pire façon : seul. C'était sans compter sans la Providence qui lui envoie Guy, "l'in-extremis" qui va l'accompagner jusqu'à sa fin de vie. Car Gabriel est atteint d'un cancer incurable. Une poignante histoire d'amitié, et même d'amour, qui dure sept mois, qui dure sans doute toujours, entre fiction des pensées du malade et réalité de ses échanges avec l'auteur. 16 €.
C'est Gabriel (Sébastien Allard)

"Les élucubrations de Gap. Sarthoisement vôtre..."
Pierre Gallienne
Néant (autoédité) [15 €]
La vie dans la campagne sarthoise. 42 dessins truculents et désopilants accompagnés de réparties drôles en patois sarthois. Excellent !!! Rires et sourires garantis. Pour un coup d'essai, ce rédacteur de la Vie Mancelle, de fraîche date, a fait fort. A quand sa prochaine brochure du même genre. 15 €. En vente chez l'auteur : Pierre Gallienne, 88 rue de la Fuie, Le Mans.
Les élucubrations de Gap. Sarthoisement vôtre... (Pierre Gallienne)

"Béchar, la porte du désert, c'est déjà le désert"
Sébastien Allard
Éd. Publibook
Ce livre est incontestablement le plus personnel des trois, de la part d'un auteur pour le moins prolifique. Sébastien Allard nous ramène dans les années 1950. Celles de sa jeunesse et de ses 20 ans, au cours desquelles il vécut en esclave. Notre guide nous emmène à Béchar, 1 100 km d'Alger, tout près de la frontière marocaine et aux portes du Sahara. Pour des raisons qu'il n'a pas choisies et qu'il explique très bien, Sébastien revit son arrivée, la difficile adaptation (au moins au climat), le manque de tout, les combines, la débrouillardise, les femmes : tout ce qui transforme plus vite que son ombre un adolescent en homme. Au point de prendre conscience, à la place de son père, des responsabilités qui lui incomberont encore au moment de devoir quitter le pays. Mi-descriptive, mi-philosophique, la transcription de ses souvenirs n'en est pas moins un rappel de ce que furent les événements de la guerre d'Algérie. Rien à cacher, donc peu de pudeur, dans ce récit incisif d'une grande sensibilité qui mêle la vraie aventure et le témoignage. 20 €.
Béchar, la porte du désert, c'est déjà le désert (Sébastien Allard)

"La lutte finale II"
Yves Mazagre
Éd. Librairie Galerie Racine
Le dernier ouvrage du Manceau Yves Mazagre est une "mise en garde", sous-titré "La Lutte Finale II", faisant suite à "La Lutte Finale I", Gilles Lapouge, l'ami de toujours et Alain Breton, se sont unis pour en extraire le suc et faire apprécier au lecteur les textes qui se dégustent à la manière d'un thriller d'un genre nouveau. L'humour, l'histoire, la science et l'érotisme en sont les ingrédients. Yves Mazagre qui a ouvert la voie au poème d'aventures, s'inscrit comme une sorte d'Homère contemporain, de ces auteurs rares qui ont le pouvoir de jeter du feu sur notre myopie. 15 €.

Copyright © 2019 ACTMR/La Vie Mancelle & Sarthoise