Découvrez le nouveau bouton « jeunes auteurs » dans le bandeau vertical gauche.          Découvrez le nouveau bouton « jeunes auteurs » dans le bandeau vertical gauche.          
Dimanche 20 juin 2021
Saint Silvère

:: PROCHAIN NUMÉRO
VMS NUMÉRO 469
Juin 2021
Chez les marchands de journaux et en librairies à partir du
27 mai 2021

:: RECHERCHE



:: ANCIENS NUMÉROS

:: CHRONIQUES

:: LIENS


:: ESPACE RESERVÉ


:: SUIVEZ NOUS
VMS NUMÉRO 468 / AVRIL 2021

"Deux abbayes dans la ville. Saint-Vincent du Mans et Saint-Pierre de La Couture (1636-1790)"
Collectif (huit auteurs)
Coédition : Association des Amis de l’Abbaye Saint-Vincent et Société d’Agriculture Sciences et Arts de la Sarthe.
Depuis leur fondation au VIe siècle et en dépit des aléas de l’histoire, ces deux abbayes bénédictines demeurent bien visibles dans le paysage manceau. À côté de leur vocation religieuse, ces vastes bâtiments désormais transformés, l’un en lycée, l’autre en préfecture, abritèrent, jadis, des foyers de vie intellectuelle dont le rayonnement dépassa largement les limites de la province. La célébration du quatrième centenaire de la réforme de la congrégation de Saint-Maur (1618) à laquelle adhéraient ces deux communautés fut l’occasion d’étudier leur influence sur leur environnement. Un colloque fut organisé au Mans avec le soutien de la médiathèque Louis Aragon. Huit historiens locaux apportèrent leur concours. Huit regards qui se croisent pour fournir un ouvrage très documenté et richement illustré. Un beau livre pour les amateurs d’art et d’histoire.


Deux abbayes dans la ville. Saint-Vincent du Mans et Saint-Pierre de La Couture (1636-1790) (Collectif (huit auteurs))

"Le cardinal Grente, homme de lettres et prince de l’église."
Avon Dominique, Le Moigne Frédéric, Tison Stéphane, Waché Brigitte.
Presses Universitaires de Rennes. [22 €]
Né en 1872 dans le département de la Manche, ordonné prêtre en 1895, le jeune homme se consacre d’abord à l’enseignement. Docteur ès lettres en Sorbonne, le pape lui confie, en 1918, le diocèse du Mans. Devenu le plus jeune évêque de France, il s’emploie à accroître le rayonnement de son diocèse. Élu à l’Académie française en 1936, Georges Grente s’y montre très assidu, coordonnant, notamment, un Dictionnaire des lettres françaises, qui demeure une référence. Archevêque en 1943 puis cardinal en 1952, le prélat reste attaché à la Sarthe, jusqu’à y créer, avec d’autres, l’Académie du Maine. Dans cet ouvrage, les auteurs rassemblent douze contributions qui exploitent les ressources inédites du fonds Grente des archives diocésaines. Ils offrent une approche scientifique de l’oeuvre et de l’influence du cardinal, figure majeure du clergé catholique français du XXe siècle.


Le cardinal Grente, homme de lettres et prince de l’église. (Avon Dominique, Le Moigne Frédéric, Tison Stéphane, Waché Brigitte.)

"Petits frères de l’ombre"
Mireille Victoire Esnault
éd. Portaparole [14]
Ce 19 juin 1940, la famille Esnault fuit Mamers, la ville vient d’être bombardée. Sur la route de l’exode, la voiture est prise pour cible par un avion allemand qui sème la mort et la désolation. D’abord en région parisienne, Maurice et son épouse Renée réussiront à surmonter l’insurmontable puis, à partir de 1953, à Melleray près de La Ferté-Bernard, la vie et les rires des enfants reprendront le dessus et « les Parisiens » parviendront à s’intégrer au village.
Mireille, la petite dernière, a trouvé les mots justes pour nous conter cette histoire qui est la sienne : le courage de sa mère, la fraternité, l’entraide, l’ingéniosité de son père face à son handicap, mais aussi l’incompréhension, la calomnie, l’hypocrisie de l’administration… Écrit avec pudeur et simplicité, ce petit livre de 90 pages se lit d’une traite. Alors qu’aujourd’hui on parle souvent de résilience, Mireille Esnault nous en offre ici un témoignage poignant.


Petits frères de l’ombre (Mireille Victoire Esnault)

"La famille HENROTTE, une dynastie de banquiers du XIXe au XXe siècle."
Roger Crétois (Histoire et Patrimoine de Sargé)
autoédition. [26]
Les 345 documents sélectionnés retracent la vie bourgeoise des Henrotte Thélier, banquiers d’origine franco-belge à l’apogée de la finance à la fin XIXe siècle à Paris. L’auteur nous offre un remarquable reportage photographique d’une vie de famille basculant vers le XXe siècle avec l’arrivée de l’automobile, de l’aviation, des grandes entreprises.
La famille Henrotte se retira à la Beroize à Sargé-lès-Le Mans en 1923. Thérèse, l’aînée, consacra sa vie au service de la paroisse sargéenne. La demeure fut vendue. L’histoire de cette grande famille aurait été oubliée sans la curiosité d’un Sargéen, Jacky Duchaussois, qui récupéra dans une décharge plus d’un millier de documents photographiques laissés aux intempéries, photos familiales et photos d’art de Hermann, Meyroud, Nadar, Reutlinger… et autres artistes internationaux.
(À Sargé chez l´auteur et à la librairiepresse, rue du Commerce, Au Mans à la librairie Thuard.)
La famille HENROTTE, une dynastie de banquiers du XIXe au XXe siècle. (Roger Crétois (Histoire et Patrimoine de Sargé))

"Les Écrivains dans la Deuxième Guerre mondiale"
Ouvrage de l’Association des Écrivains combattants, sous la direction de Didier Béoutis.
Éd. Glyphe [18]
Deux ans après avoir publié Les Écrivains dans la Grande Guerre, l’Association des Écrivains combattants présente, dans un nouvel ouvrage, rédigé, comme le précédent, sous la direction de Didier Béoutis, Les Écrivains dans la Deuxième Guerre mondiale. Ce livre rappelle les oeuvres littéraires et les états de services militaires ou dans la Résistance de 197 écrivains, morts pour la France, entre 1939 et 1945, dont les noms sont gravés sur les murs du Panthéon. Certains sont connus, comme Marc Bloch, Pierre Brossolette, Jean Zay, Max Jacob, Berty Albrecht, Robert Desnos, Saint-Pol Roux ; d’autres n’avaient pas eu le temps d’accéder à la notoriété, et c’est justice de leur rendre hommage. Parmi ces « 197 », deux Sarthois : Saint-Exupéry et Marguerite Aron, de Solesmes.


Les Écrivains dans la Deuxième Guerre mondiale (Ouvrage de l’Association des Écrivains combattants, sous la direction de Didier Béoutis.)