La revue reprend du service. N´hésitez pas à découvrir le nouveau numéro. Consultez également les nouveautés du site et la carte des points de vente... Bonnes lectures.  
Jeudi 1er octobre 2020
Sainte Thérèse
:: DERNIER NUMÉRO
VMS NUMÉRO 465
Septembre 2020

Chez les marchands de journaux et en librairies depuis le
9 septembre 2020

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES












:: ANCIENS NUMÉROS



Voir la mosaïque

:: LIENS

:: SUIVEZ NOUS

facebook-VMS



La Vie Mancelle & Sarthoise - Accueil des OUVRAGES
Bandeau lecture
Bandeau Vide

24 Heures du Mans, les femmes dans la course. Marie-Claude BEAUMONT

Plus connue dans le monde des rallyes, Marie-Claude prit le départ des 24 Heures du Mans à 6 reprises de 1971 à 1976. Elle termina 3 fois la course dans le TOP 20.

Née Marie-Claude Charmasson en 1941, elle est l´aînée d´une fratrie de huit enfants. Son père, concessionnaire Citroën à Gap participa à trois reprises (1952 à 1954) au rallye de Monte-Carlo, finissant troisième en 53. L´adage bon sang ne saurait mentir se vérifie une nouvelle fois dans cette famille.

Elle débuta la compétition automobile comme copilote de Claudine Trautmann et modifia son nom en 1964, année au cours de laquelle l´équipage quitta Citroën pour Lancia. Afin de ne pas gêner papa Charmasson, elle prit le nom de jeune fille de sa mère et de résistant de son père BEAUMONT. De 1965 à 1974, elle quitta la place de passagère pour prendre celle de pilote de rallye au volant de voitures prestigieuses : NSU 1 000, OPEL KADETT et COMMODORE, CHEVROLET CORVETTE et CAMARO. Durant cette période, elle se forgea un palmarès trop long à énumérer dans cet article. Notons les classements les plus prestigieux : Coupe des Dames aux rallyes de Monte-Carlo, du Portugal, de Catalogne, Tour de France auto, Championne d´Europe des Rallyes en 1972 et quatre fois Championne de France de la discipline (1969 à 1972).

En 1971, elle fit sa première apparition du Mans, associée à Henri, dit Titi Greder au volant d´une Chevrolet Corvette Stingray, dotée d´un moteur V8 de 7 litres de cylindrée. Une casse moteur mit fin prématurément à l´aventure.


Avec Titi GREDER en 1971

L´année suivante, le même équipage, au volant de la même voiture ne fut pas plus chanceux et dut abandonner sur accident après 235 tours.

Les 9 et 10 juin 1973, nos deux compères et leur Chevrolet parvinrent à terminer l´épreuve et à se classer à la douzième place au général après avoir couvert 303 tours de circuit. Il s´agit là du meilleur classement obtenu par Marie-Claude au Mans.

1974 fut la dernière participation de cet équipage qui se classa 18e avec 253 tours parcourus.En juin 1975, formant avec l´Italienne Leila Lombardi un équipage 100 % féminin, Marie-Claude Beaumont prit le départ de l´épreuve au volant d´une Alpine A441, moteur V6 de 2 litres. Une panne électrique ruina les espoirs de l´écurie.

Pour ses dernières 24 heures, en 1976, elle termina à la 19e place au volant d´un Porsche 934 Turbo, associée à Bob Wollek et Didier Pironi.

Sa carrière sur circuit ne fut pas limitée au Mans. Elle participa en 1971 à des records de vitesse avec Opel, connut deux victoires au championnat de France des circuits en 1974 et remporta la première course de Championnat de France de Super tourisme à Montlhéry sur BMW 3,5 CSI en 1976, date à laquelle elle arrête une carrière de pilote bien remplie.

Prochainement, nos parlerons de la mancelle Anne-Charlotte VERNEY.


Jean-Pierre Guyard


Facebook Twitter email    

Copyright © 2020 ACTMR/La Vie Mancelle - 35 B, rue de Degré - 72000 LE MANS
SIRET : 39379650300034 - RNA : W 723000171