Le numéro 462 (octobre 2019) est en vente chez les marchands de journaux et en librairies au prix de 6,50 €. A découvrir dans la rubrique "Dernier numéro" ou sur laviemancelle.net/462
 
Jeudi 19 sept. 2019
Sainte Emilie

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 462
Octobre 2019

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES

Retrouvez dans cette
rubrique les dernières
éditions en ligne !





:: ANCIENS NUMÉROS



> Voir la mosaïque <

:: INFO SITE



visiteurs à ce jour


Dernière mise à jour
le 13 septembre 2019

Conception/Réalisation :



[Accès REDACTION VMS]

< Numéro précédent

[VMS NUMÉRO 417 / Juin 2011]Numéro suivant >

"Délivre-moi"
Yves Viollier
Éd. Libra Diffusio
Yves Viollier est né en Vendée en 1946. Ancien professeur de français et de latin, il est désormais à la retraite durant laquelle il peut se consacrer à l'écriture, entre sa présence à différents salons littéraires. Son œuvre, qualifiée à tort "de terroir", ce qui n'est pas sans rappeler le côté péjoratif et restrictif également employé à destination de celle de Catherine Paysan, est riche et abondante. "Délivre-moi" est son dernier roman paru, en septembre 2010, chez Robert Laffont et repris dès cette fin d'année par Libra Diffusio, spécialiste manceau des éditions en gros caractères. Est-ce parce qu'il est vendéen que l'écrivain revient justement sur un sujet qui ne cesse d'alimenter, encore de nos jours, les colonnes de nos quotidiens : les massacres des 13 et 14 décembre, au Mans, de pauvres diables dits révolutionnaires par une armée de pseudo-républicains. La cicatrice est de taille au point qu'elle alimente des jumelages entre les deux départements, et qu'elle hante encore l'inconscient collectif et n'a d'égale chez nous que l'affaire des soeurs Papin. Yves Viollier utilise la peau d'une journaliste humanitaire, Clotilde, dont il charge la mémoire de ces événements anciens sous forme de flashs. En proie à des syncopes, à d'inquiétantes absences pour son entourage, la jeune femme revit le calvaire de Sétima. Sauvée du sabre, mais pas du viol de celui qui lui sauve la vie, la jeune Vendéenne se trouve prise au piège, accusée de bigamie devant le tribunal révolutionnaire. Une tout autre virée que celle-là, assurément poignante et comme vécue par l'auteur lui-même. 21,10 €.
Délivre-moi (Yves Viollier)

"La nouvelle vie d'Anna – Troisième année"
Pauline Sarélot-Le Floc'h
Autoédité et disponible sur www.lulu.com/fr/index.php
A regret, nous arrivons cette fois au bout des aventures d'Anna, élève surdouée qui termine son second cycle dans le château de Camilia, transformé en pensionnat de luxe. En classe de Terminale, dans ce lieu magique qui donnerait envie de se mettre au travail à tous les scolaires en situation d'échec, les choses ne sont pourtant pas simples pour Anna. Quelqu'un lui en veut au point d'imiter son écriture à l'occasion de tags sur les murs de l'édifice. La directrice a beau croire que la lycéenne n'y est pour rien, elle n'en regrette pas moins que l'accumulation des frasques sur les trois années vont faire déborder le vase... Une dernière fois, puisqu'elle a quitté le département depuis le début de l'année 2011, rappelons que Pauline est ce jeune auteur qui a naguère inauguré les colonnes de notre nouvelle rubrique "Nouvelles plumes". Kinésithérapeute, elle a légitimement suivi son mari à Rennes où elle poursuivra avec bonheur l'activité parallèle de l'écriture. Si l'auteur nous donne de ses nouvelles, c'est bien volontiers que nous suivrons sa progression. 12 €.
La nouvelle vie d'Anna – Troisième année (Pauline Sarélot-Le Floc'h)

"Le souffle du vent"
Rica Laurent
Éd. Société des Écrivains
Curieux de constater comment, dans deux numéros consécutifs de notre revue, nous sommes amenés à évoquer l'ouvrage de deux auteurs d'origine roumaine, installés en France. Son éditeur nous indique que Rica Laurent est arrivée en France en l'an 2000 et qu'elle a depuis écrit et publié pas moins de six ouvrages, allant de la nouvelle au roman comme celui-ci. Il sera forcément intéressant de suivre l'auteur, qui travaille aujourd'hui pour le théâtre et le cinéma, dans son évolution littéraire. En attendant, elle nous conte cette dramatique, sous forme d'une histoire d'amour dont on sent bien à la lecture que l'influence n'est pas issue de nos contrées. Si le scénario est sans frontières, le climat, l'ambiance, la façon même de narrer indiquent une origine plus lointaine. C'est l'histoire d'Hélène qui, à la tête d'une fratrie orpheline, va tout faire pour la tirer de la misère en quittant la campagne pour la ville et un travail en usine. On y parle de malheur, de chagrin, de conquête et d'abandon. C'est vieux comme le monde mais, comme il est un éternel recommencement, on lit avec un nouvel espoir que tout s'arrange. Et puisque tout s'arrange et que le récit est bien écrit, il laisse un bon souvenir et une envie de lire encore. 14 €.
Le souffle du vent (Rica Laurent)

"L'appel du sang"
Rica Laurent
Éd. Mélibée
Même romancière, publiée par une autre maison. L'auteur, née en Roumanie, y fait éditer plusieurs ouvrages dont Le bruissement de la forêt. Venue en France, Rica vit au Mans où elle écrit deux pièces de théâtre et un roman, en 2010, L'appel du sang, où elle raconte l'histoire de Julie. Cette jeune fille, amoureuse de deux hommes en même temps, se retrouve enceinte et abandonnée. Après une tentative de suicide, elle est recueillie par sa marraine. Parviendra-t-elle à se sortir de cette situation délicate ? Le découpage du livre en chapitres aurait vraisemblablement été une bonne chose. 13,50 €.
L'appel du sang (Rica Laurent)

"Heros - La Pierre du temps"
Christy Jane
Éd. du Préau
Qu'on se le dise : Christy Jane est un pseudonyme sous lequel se cache en réalité Laurent Luna, dont la palette littéraire, comme le succès, ne cesse de s'étendre ! Après avoir écrit principalement pour les adultes ("De l'autre côté", "L'In Nomine Patris") des thrillers qui font mouche, le romancier de Bonnétable prend un tournant dans sa carrière d'écrivain et se lance dans une passionnante aventure qu'il destine à un public plus jeune. Cette histoire nous fait partager la destinée de cinq jeunes héros qui, lors d'une visite au Clos Lucé, la dernière demeure du plus grand génie de tous les temps, vont faire une découverte qui pourrait bien bouleverser leur vie. Ils devront affronter de nombreux dangers et résoudre autant d'énigmes. En somme, de légers contretemps comparés à la menace représentée par Mme Pressbott, leur CPE démoniaque. Pour tous les adolescents, en particulier ceux qui détestent leur conseillère principale d'éducation. A lire et à suivre avec deux autres tomes ! 14 €.
Heros - La Pierre du temps (Christy Jane)

"Intemporel"
Gérard Ligaud
Néant (autoédité)
Nous nous étions trompés, en avril 2009, quand nous disions alors que l'auteur d'un récit autobiographique poignant, intitulé "Rage de vivre", resterait probablement comme le seul qu'il écrirait. Car Gérard Ligaud a récidivé, dans un genre où il faut quand même un peu de métier pour s'aventurer. On peut aimer la poésie, c'est-à-dire être sensible à celle des autres, sans que leur talent parvienne en retour à vous éclabousser. Ce serait trop beau... Lamatière est rude. A moins d'être naturellement doué, il faut se battre pendant des années pour maîtriser les mots, leur musique, le rythme général ou bien celui d'une ligne. Et ce n'est pas Catherine Paysan qui dirait le contraire. La question ne consiste pas à "dégommer" l'auteur, pourvu d'une sensibilité à fleur de peau évidente et d'un amour de la vie justifié par un parcours où la cruauté ne fut pas absente (lire son livre). Mais, intemporel, son recueil le restera certainement. 9 €.
Intemporel (Gérard Ligaud)

"Attachements"
Victoria Horton
Éd. Quidam
En fouinant sur Internet, on y découvre... pas grand chose. Que Victoria Horton habite au Mans, raison suffisante qui la fait entrer dans le périmètre de cette rubrique, puis qu'elle est née à Paris en 1947, a fait Lettres Classiques à la Sorbonne et travaillé au sein de l'Education nationale. Enfin, qu'elle a publié un précédent roman intitulé "Grand ménage" chez le même éditeur en 2009. Pour le reste, il faut se débrouiller : peut-être prendre contact sur son mur via Facebook. Ce roman déstabilise. D'emblée, sa construction fait qu'on ne sait pas où on se situe. Il ne faut pas le lâcher et s'y installer au contraire pour comprendre l'articulation, qui est qui, où nous sommes. Puis, la narration devient moderne : l'auteur utilise la reproduction de courriels pour les liens qu'Anna tente de tisser auprès des siens. L'écriture est incisive, brutale, les sentiments violents. Dans "Attachements", comme souvent, chacun court après ses fantômes. Le roman est intemporel. Et s'il aborde la maltraitance faite aux femmes, de tout temps, l'écrivain montre également combien ceux qui s'interrogent sur leur propre existence ne sauront probablement jamais pourquoi ce passage sur la Terre a lieu. Un livre qui mérite sans doute une seconde lecture. 18 €.
Attachements (Victoria Horton)

"De Pontlieue à Kaliningrad. Les tribulations d'un enfant du siècle"
Claude Patard
Éd. Decoopman
Il s'agit de la réédition d'un livre naguère publié par les éditions ITF et que l'auteur a décidé d'enrichir. Du coup, la seconde lecture apporte une perception en effet différente, la précédente ayant conduit à un commentaire laissant supposer un faible ouvrage : mea culpa. Il est temps de rendre justice à Claude Patard, "pays" de Catherine Paysan, dont le parcours méritait bien un livre et qu'on s'y arrête. Dans une première partie, l'auteur évoque sa famille ascendante, sa naissance à Bonnétable puis son enfance de "Pontlieusard" au Mans et une carrière professionnelle riche pour le moins ! Ici, son humour parvient à ce qu'un sourire s'esquisse parfois sur nos lèvres, au-delà de la gravité des propos. Dans un second volet, il s'attarde sur le dramatique épisode de la Seconde Guerre mondiale dont il sortit donc vivant. Mais, pour des aventuriers malgré eux, de manière peut-être inconsciente, combien de camarades ou de simples connaissances tombèrent autour de lui. Nous autres d'ailleurs, plus jeunes générations, n'avons probablement aucune idée de ce que nos aînés ont traversé à cette époque, que la chance s'en soit mêlée ou pas. Au crépuscule, Claude Patard, à qui nous devions réparation et cet hommage, sait tant de choses. Il n'est qu'à voir ses yeux bleus cristallins, entendre sa voix grave, posée et écouter son discours mesuré pour le comprendre. Hasard ou non, c'est un grand moment que d'avoir croisé sa route de pèlerin, à l'occasion du colloque organisé justement autour de Catherine Paysan l'automne dernier. Un grand moment, rare, d'émotion, de partage. Une certaine plénitude. Car oui, "au bout de quelque temps, beaucoup de choses n'ont plus d'importance"... 24 €.
De Pontlieue à Kaliningrad. Les tribulations d'un enfant du siècle (Claude Patard)

"La douzième heure"
Alain Remy
Éd. du Panthéon
Alain Rémy est né au Mans en 1975. Après des études secondaires au lycée de La Flèche, il a fait Lettres Classiques à Angers ; agrégé, titulaire d'un doctorat en littérature grecque, il enseigne au Prytanée militaire de La Flèche. Sous forme de trilogie, "La douzième heure" raconte l'histoire des hommes et des dieux Malhurs, une histoire faite d'ambitions, de trahisons, de gloire et de misère, une histoire où l'amour se mêle à la haine, dominée tout entière par les passion, et la plus forte de toutes peut-être : la lutte pour le pouvoir. Longtemps demeurée inconnue, mise à l'index, cette ouvre, connue seulement de quelques initiés, vit l'histoire et traverse le temps. Elle se situe entre passé, présent et futur, dans un univers de Moyen Âge, où la violence et la mort se déchaînent pour offrir le prix de la victoire au plus puissant, à celui qui, seul, aura la force de s'emparer du trône. C'est un combat qui a commencé depuis déjà fort longtemps, un combat implacable qui gagne à chaque instant en intensité et qui ne s'achèvera qu'à la douzième heure... Tome 1 : "Les quatre premières heures", 17 €. Tome 2 : "Heures 5 à 8", 17 €. Tome 3 : "Les quatre dernières heures", 18 €.

"Chemin des Sentiments"
Muriel Soltar et Jean-Jacques Proult
Éd. Le Jardin de l'Ormeau
Que faire quand la vie ne vous a rien épargné ? Muriel Soltar a trouvé un havre de paix dans la poésie. Une constante chez elle : le mot Chemin revient dans le titre de tous ses recueils. Celui-ci est le sixième, et l'on devine à travers la lecture de ses quatrains ou huitains, tout le chemin qu'elle-même a parcouru. Son compagnon est aussi celui qui a illustré cet ouvrage. Quand écriture et peinture s'unissent pour la vie, on ne peut qu'espérer que leur propre chemin soit le plus long possible, afin de nous emmener très loin dans leur univers. 10 €.
Chemin des Sentiments (Muriel Soltar et Jean-Jacques Proult)

Copyright © 2019 ACTMR/La Vie Mancelle & Sarthoise