Le numéro 462 (octobre 2019) est en vente chez les marchands de journaux et en librairies au prix de 6,50 €. A découvrir dans la rubrique "Dernier numéro" ou sur laviemancelle.net/462
 
Jeudi 17 octobre 2019
Saint Baudouin

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 462
Octobre 2019

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES

Retrouvez dans cette
rubrique les dernières
éditions en ligne !





:: ANCIENS NUMÉROS



> Voir la mosaïque <

:: INFO SITE



visiteurs à ce jour


Dernière mise à jour
le 4 octobre 2019

[Accès REDACTION VMS]

< Numéro précédent

[VMS NUMÉRO 416 / Avril 2011]Numéro suivant >

"Saint-Céneri-le-Gérei, Barbizon des Alpes mancelles"
Benoît Noël, Christiane Tatham et Frédéric Dombre
Éd. BVR
Voici d'abord un très beau livre, réalisé à six mains, qui fait regretter qu'à peu de choses près Saint-Céneri se situe dans l'Orne. Parlons-en tout de même ! Benoît Noël, historien de l'art habité, au parcours impressionnant, Christiane Tatham, documentaliste et partie prenante incontournable, et le photographe Frédéric Dombre se sont réunis pour nous conter l'histoire de ce petit village béni des peintres. Elles furent nombreuses les signatures à y passer ou même à s'y installer au XIXe siècle. Mary Renard, Paul Saïn, René Veillon. Des photographes, ensuite, fixèrent les lieux d'époque où des artistes peignèrent. Des sculpteurs, des graveurs aussi et, dans une moindre mesure, des écrivains, poètes et musiciens. Tous amoureux de la ville monticule et de ses vallées où coulent Sarthe et Sarthon. L'histoire s'y poursuit d'ailleurs. Avec le printemps qui revient, allons vite, livre en main, découvrir par exemple l'atelier du très inspiré Cephas Howard, avant que les touristes n'envahissent les lieux. Du très beau travail ! 30 €.
Saint-Céneri-le-Gérei, Barbizon des Alpes mancelles (Benoît Noël, Christiane Tatham et Frédéric Dombre)

"La nouvelle vie d'Anna – Deuxième année"
Pauline Sarélot-Le Floc'h
Autoédité et disponible sur www.lulu.com/fr/index.php
Pauline est ce jeune auteur qui a naguère inauguré les colonnes de notre nouvelle rubrique "Nouvelles plumes". Elle est kinésithérapeute dans le centre du Mans et développe avec bonheur l'activité parallèle de l'écriture. L'auteur rappelle à qui veut l'entendre la destination première de ses ouvrages aux adolescentes. Mais si l'on en juge par le fait de lire jusqu'au bout l'histoire qu'elle nous raconte, sa cible est en réalité bien plus large. Anna est cette lycéenne que ses parents ont confiée à un établissement spécialisé : le Château. Désormais en année de première, elle retrouve ses amis mais aussi ses ennemi(e)s de l'an dernier. La timide Océane débarque dans sa classe, entourée d'un mystère nourri par la présence d'un homme, habitant d'une cabane dans le bois qui jouxte la grande bâtisse. Que fait-il ici ? Ce second volet de la trilogie d'Anna est un bon moment de détente. Pauline est trop modeste : ce qu'elle écrit tient la route jusqu'au bout et elle figure parmi les valeurs qui compteront un jour. 12 €.
La nouvelle vie d'Anna – Deuxième année (Pauline Sarélot-Le Floc'h)

"Et la vie continua"
Jean Boisdeaufray
Éd. du Petit Pavé
Jean Boisdeaufray est né en Anjou, mais il a passé sa vie professionnelle comme professeur de lettres qu'il a enseignées dans la Sarthe, à La Flèche, puis au Mans. A la retraite, on murmure qu'il réside toujours dans la campagne sarthoise, d'où il a probablement concocté son grimoire de nouvelles. Les recueils qu'on voit fleurir sur notre territoire sont suffisamment rares pour que l'on s'y s'arrête. Exactement huit histoires courtes composent le dernier recueil, avec une connotation fantastique ("Les cavaliers de Noël") ou plus réaliste ("Et la vie continua") malgré un fond qui rappelle des souvenirs brutaux. Et puis il y a le sourire triste de la mélancolie et la poésie d'une rencontre tant attendue ("Rue de l'espérance"). L'ensemble est bien écrit et retient l'attention. L'auteur aura-t-il la gentillesse de produire un autre tome pour nous faire une idée plus précise de son talent ? Dans ce cas, nos colonnes lui sont ouvertes ! 15 €.
Et la vie continua (Jean Boisdeaufray)

"Au carrefour du destin"
Paulette B. Maggiolo
Éd. du Panthéon
Plus d'un an depuis la dernière production de cet auteur d'outre-Atlantique, avec laquelle nous sommes tombés en amitié. Non seulement au regard de son riche parcours de femme du XXe siècle et son pied dans le XXIe, mais aussi parce que la dame est tout simplement attachante. Dans ce dernier roman, aux colorations autobiographiques, Paulette B. Maggiolo revient sur la période de sa vie qu'elle évoque légèrement dans son autre roman intitulé "Les secrets de l'agent secret". Elle évoque ici le croisement d'histoires : l'émigration italienne aux États-Unis dans les années 1920, avec la réussite du clan Cerano-Tarzini dans le bâtiment. La naissance, puis la vie jusqu'à l'âge adulte de Christine Tourneau, avec la montée en puissance du nazisme et les inquiétudes qu'il suscita. Sans doute ce tome souffre-t-il d'une traduction parfois approximative et n'a-t-il pas bénéficié d'un service de relecture sérieux. Il reste un ouvrage poignant puisque réel ! 18 €.
Au carrefour du destin (Paulette B. Maggiolo)

"Leïla et Jean"
Sébastien Allard
Éd. Publibook
Guy Giraud est né en Chine, fêtera 81 ans cette année et, si l'on en juge par son site Internet, verra naître aussi plusieurs autres de ses enfants. En les attendant, il nous présente son premier roman sous le pseudonyme de Sébastien Allard. Une sorte de récit autobiographique exutoire de sa dernière aventure amoureuse, qui dure ! L'auteur explique qu'avec un écart d'âge retentissant avec son épouse actuelle, il a trouvé dans l'écriture cette espèce de refuge à l'abri duquel on peut tout dire. Leïla est la troisième enfant née d'un pauvre couple de fermiers du sud-Sarthe auquel ces nouveaux bras vont encore peser. A l'époque, Jean est né depuis 43 ans. Comment la vie peut-elle alors expliquer leur rencontre amoureuse une vingtaine d'années plus tard. Comment répondre à toutes les interrogations suscitées par le regard des autres, ou par le couple lui-même. Un récit sensible, malgré des imperfections dans l'écriture, qui donne envie d'en savoir plus sur ce parcours riche et atypique d'un romancier à suivre. 17 €. http://www.allard-sebastien.com
Leïla et Jean (Sébastien Allard)

"Un voyage pour Noël"
Mariearey
Éd. Société des Écrivains
Nous sommes très en retard pour parler d'un problème de santé survenu au Père Noël au mois de décembre, mais un conte étant par nature intemporel... Car en effet, les fêtes ont failli être compromises par suite d'une mauvaise fièvre dont le bonhomme est atteint. Paul, Rachid et Dora quittent précipitamment leurs parents pour "voler" à son secours. Et pour faire en sorte que la livraison des cadeaux puisse avoir lieu cette année encore ! Vont-ils y parvenir ? Voilà une histoire qui pourrait plaire aux tout petits, si quelqu'un autour d'eux trouve le courage d'en entamer une partie tous les soirs. Elle peut intéresser les préados qui ne croient plus au Père Noël, mais qui rêvent encore et adorent les dérivés fantastiques. Pourquoi les adultes ne la liraient-elles pas : nous l'avons bien fait ! L'inconvénient réside dans le fait que Mariearey ne traite qu'une partie de l'histoire dont la suite est suspendue au succès de ce premier volume. 12 €.
Un voyage pour Noël (Mariearey)

"La fête du Queniau - La belle Epoque de la ville de Sablé"
Jean Pinon
Éd. du Petit Pavé
"Avec cet ouvrage, Jean Pinon vient approfondir son infatigable travail de l'histoire sabolienne. Avec son sens du pittoresque, sa précision, sa recherche de témoignages directs et d'anecdotes vivantes, il nous fait revivre l'épopée du Queniau, fête qui, des années d'après-guerre à la fin des Trente Glorieuses, a rythmé la vie sabolienne. Au fil des pages, on croisera les associations que nos aînés ont créées et qui, pour certaines d'entre elles, continuent de faire vivre la cité. On ressentira l'enthousiasme des foules venues à Sablé, le charme des défilés de chars. En 25 ans, le Queniau a grandi. S'il n'a pas résisté aux années 1970, il aura marqué la tradition festive de notre ville. Jean Pinon, avec son sens du récit, nous fait revivre ces moments d'émotions partagées. Telle figure la préface du Premier ministre, François Fillon, dans cet ouvrage auquel nous renvoyons le lecteur intéressé. 18 €.
La fête du Queniau - La belle Epoque de la ville de Sablé (Jean Pinon)

"Le traité du cormier"
Evelyne Moinet
Éd. Sepenes
Ce livre est édité par la Société d'Étude et de Protection de l'Environnement Nord et Est Sarthe. Son point de départ est un inventaire des arbres remarquables qui a débouché sur des recherches à propos du cormier, puis sur une véritable étude de dix ans consacrés à cet arbre. Le cormier, élément original du patrimoine du Maine, dont Evelyne Moinet écrit qu'il est un arbre essentiel dans l'économie rurale passée. Tout un groupe de travail a participé à cette étude précise qui recense 600 spécimens de Sorbus Domestica dans la Sarthe. Riche et pédagogique, le livre n'a d'autre ambition que de nous rappeler à la mémoire de cette essence peu ordinaire. Lieu, nom de lieu, nom des gens qui habitèrent le lieu, l'arbre nous a tout donné, jusqu'à ses fruits, ses dérivés (on pense évidemment au cormé) et bien entendu son bois dur très prisé. L'ouvrage passe tout en revue, livre même des recettes et une abondante bibliographie : à lire absolument ! 19 €.
Le traité du cormier (Evelyne Moinet)

"Les Caillard d'Aillières 1550-2010, itinéraire d'une famille engagée"
Geoffroy d'Aillières et René de Fougerolle
Éd. Lacurne
Les auteurs, Geoffroy d'Aillières et son cousin René de Fougerolle ont fait paraître ce travail immense d'histoire et de recensement juste avant Noël 2010. Au total, un véritable pavé de 500 pages salué par la présence, en préface, de Nadine Vivier et de Jean-Marie Constant, professeurs de l'Université du Maine. "Ce livre... est exemplaire à plus d'un titre. Il va bien au-delà d'un hommage rendu à des ancêtres qui ont joué un rôle important pendant près d'un demi-millénaire. Travail rigoureux d'historien, qui s'appuie sur les sources disponibles et l'abondante historiographie concernant la noblesse et l'Ouest de la France, il présente une famille, qui est un modèle-type de l'aristocratie du Maine ou de Basse-Normandie". Il n'est qu'à se rendre à la partie 40, page 319, pour rejoindre directement la biographie de Michel d'Aillières, un homme qui a compté pour le département de la Sarthe, enchaînant les mandats de maire, président du Conseil général, député, vice-président du Conseil régional, sénateur et soutien indéfectible de François Fillon. 58 €.
Les Caillard d'Aillières 1550-2010,
itinéraire d'une famille engagée (Geoffroy d'Aillières et René de Fougerolle)

"La guerre mes demoiselles"
Denise Schuhler-Génin
Éd. de L'Harmattan
Denise Schuhler-Génin vit à Colmar depuis 1960. Elle a enseigné l'anglais au lycée Camille Sée et au collège Molière et vient de publier "La guerre, mes demoiselles 1939-1945". Dans cet ouvrage, l'auteur raconte sous forme de journal sa vie d'adolescente, dans la ville du Mans dans la Sarthe. Imaginez une jeune personne qui entre dans la Seconde Guerre mondiale à l'âge de douze ans et qui va la traverser sans en souffrir spécialement, si ce n'est de l'ambiance générale (celle d'une défaite), des privations communes à tous et de l'amertume d'un père blessé en Quinze, mutilé en Seize au Chemin des Dames... Sort-on indemne de deux ou trois guerres tellement récentes qu'elles n'ont encore quitté ni la chair, ni la mémoire des vivants ? Amie de longue date de notre collaborateur et ami Jacques Chaussumier, Denise Schuhler-Genin a effectué une partie de sa scolarité au lycée de jeunes filles du Mans, rue Berthelot. "Son livre, dit Jacques, présente une certaine valeur, notamment pour les vieux Sarthois comme moi !". 35 €.
La guerre mes demoiselles (Denise Schuhler-Génin)

"Le rêve de Jérusalem – tome 4 Ecce homo"
Lionel Marty et Philippe Thirault
Éd. Dupuis
Nous arrivons cette fois au terme du voyage. Marty et Thirault nous ont conduits jusqu'à Jérusalem, non sans que de nombreux compagnons tombent en chemin, victimes de la faim, de la soif, de maladie ou bien des flèches ou de l'épée de l'ennemi. Et c'est toujours dans le sang que la ville promise se prendra aux Égyptiens, gardiens de la porte Saint-Lazare. Dans ce dernier opus, l'histoire oscille entre la folie du Live Noir, amoureux de Dieu et Hermance Languedolce, dit Pieds du Diable, épris de la princesse Istvana, elle-même prêtresse des mystérieux guerriers Tafur qui s'évanouissent dans le sable d'où ils semblaient surgis. Entre fureur et fantastique, cette balade aux pieds de la Cité des Rois nous montre à quel prix se paie la victoire de la croisade. On murmure que Lionel Marty s'en est allé lui aussi vers d'autres aventures, après avoir une nouvelle fois livré de brillants tableaux, toujours d'une violence plus inouïe.
Le rêve de Jérusalem – tome 4 Ecce homo (Lionel Marty et Philippe Thirault)

Copyright © 2019 ACTMR/La Vie Mancelle & Sarthoise