Le numéro 456 (juin 2018) est en vente chez les marchands de journaux et en librairies au prix de 6,50 €. Dossier spécial sur les frères Rodriguez aux 24 Heures du Mans. A découvrir dans la rubrique "Dernier numéro" ou sur laviemancelle.net/456
 
Lundi 25 juin 2018
Saint Prosper

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 456
Juin 2018

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES

Retrouvez dans cette
rubrique les dernières
éditions en ligne !





:: ANCIENS NUMÉROS



> Voir la mosaïque <

:: INFO SITE



visiteurs à ce jour


Dernière mise à jour
le 16 juin 2018

Conception/Réalisation :



[Accès REDACTION VMS]


Anciens numéros

Vers le numéro 448 VMS NUMÉRO 449 / Février 2017Vers le numéro 450

Lien permanent vers ce n° : www.laviemancelle.net/449
- Le Mans, terminus pour le maître-escroc
- Saint-Ulphace,
son église paroissiale et sa chapelle seigneuriale
- L'hôtel Singher, joyau manceau
- Le Chœur Départemental de la Sarthe
- Claude Avice, un pharmacien manceau dans l'espace
- "Minute, Papillon !" au Musée Vert du Mans
- Dossier spécial : Filatures Bary-Janvier au Mans
- Qui était Geoffroy Plantagenêt ?
- Les lionceaux de Geoffroy V Plantagenêt
- Retour en images...
Les Cités obscures de Schuiten & Peeters mises en lumière en Sarthe ; Une 30e édition du Téléthon inoubliable ; Zoom sur l'Institut National des arts du Music-hall (INM)
- Louis XIV au Mans
- L'héritage médiéval d'Auvers-le-Hamon
- "Saint-Bertrand... UNIS !"
- L'épicerie Félix Potin au Mans
- Sarthe, terre de poètes : Claude Cailleau
- Lisez sarthois


En couverture :
Carte postale des anciennes filatures Bary-Janvier à Pontlieue, aujourd'hui école Hauréau.
Numéro disponible
N°449
FÉVRIER 2017





Aperçu de 12 pages du n°449 (48 pages). Pour voir le sommaire détaillé, cliquez-ici.

Par Daniel Levoyer
Dites-le avec des fleurs
l'approche du 14 février, l'humeur guillerette est de mise à La Vie Mancelle & Sarthoise. Bien qu'encore présent, l'hiver s'éloigne laissant présager les douceurs printanières. "La Saint-Valentin est passée, les oiseaux de ces bois ne commencent-ils à s'accoupler qu'aujourd'hui ?". Voilà ce que Shakespeare faisait dire à Thésée dans Le songe d'une nuit d'été.

Au Moyen Âge, on pensait, en effet, que le 14 février, en dépit de la froidure, marquait le début de la saison de l'amour pour les oiseaux. Être amoureux n'est, bien sûr, pas réservé qu'à la gent ailée et autres peuples animaliers. On a donc raconté qu'un jour, en Italie, saint Valentin avait béni un jeune couple et que l'union avait été si parfaite que ce saint devint le patron de ceux qui s'aiment.

Le verbe aimer est, sans doute, l'un des plus simples et des plus beaux de notre langue. Il peut se décliner sur tous les thèmes, être susurré au creux de l'oreille ou crié à pleins poumons. Il peut être déclamé à l’opéra ou tourné en dérision sur les scènes du "théâtre de boulevard".

L'amour, en poésie, si nécessaire en ces temps troublés, a été chanté par Jean Ferrat sur un texte de Louis Aragon !

... Aimer à perdre la raison,
aimer à n'en savoir que dire,
à n'avoir que toi d'horizon...

Cet horizon est à portée de main et si cette main lui destine quelques fleurs, votre belle n'en sera que plus ravie.

Daniel LEVOYER
Président - Directeur de publication



Copyright © 2018 ACTMR/La Vie Mancelle & Sarthoise