Le numéro 456 (juin 2018) est en vente chez les marchands de journaux et en librairies au prix de 6,50 €. Dossier spécial sur les frères Rodriguez aux 24 Heures du Mans. A découvrir dans la rubrique "Dernier numéro" ou sur laviemancelle.net/456
 
Lundi 25 juin 2018
Saint Prosper

:: DERNIER NUMÉRO

VMS NUMÉRO 456
Juin 2018

:: RECHERCHE

:: CHRONIQUES

Retrouvez dans cette
rubrique les dernières
éditions en ligne !





:: ANCIENS NUMÉROS



> Voir la mosaïque <

:: INFO SITE



visiteurs à ce jour


Dernière mise à jour
le 16 juin 2018

Conception/Réalisation :



[Accès REDACTION VMS]


Anciens numéros

Vers le numéro 445 VMS NUMÉRO 446 / Juin 2016Vers le numéro 447

Lien permanent vers ce n° : www.laviemancelle.net/446
- Louis Simon, villageois du Maine (1741-1820)
- Le trèfle, de la plante au logo automobile
- La firme au Trèfle à quatre Feuilles
- Le don de Lucienne
- Arsène Le Feuvre, peintre-décorateur et maire du Mans
- La Musique Municipale du Mans
- Conteurs et auteurs patoisants
- Roger Mahuet et l'école malicornaise
- Gérard Saint, champion cycliste
- Retour en images...
- Dossier spécial :
Les Trois Glorieuses 1989 - 1990 - 1991

1989, l'étoile argentée renaît
1990, 7e victoire Jaguar
1991, les métronomes nippons

- De Mersenne à l'Université du Maine : Aurélien Ruellet
- Le musée Cafetières et compagnie à Château-du-Loir
- Jean-Louis Houlez, le troisième homme ?
- J'ai roulé comme en 1906 !
- Des ateliers "in-vitraux, in-vivo"
- Lisez sarthois
- Sarthe, terre de poètes :
Victor Bonhommet, menuisier poète


En couverture :
Photo Bernard Asset extraite du livre Never Stop Challenging de Pierre Dieudonné paru aux éditions Apach P & P (Belgique).
Numéro disponible
N°446
JUIN 2016





Aperçu de 16 pages du n°446 (48 pages). Pour voir le sommaire détaillé, cliquez-ici.

Par Daniel Levoyer
En marge des 24 Heures du Mans
i l'on pouvait arrêter les aiguilles, ritournelle utopique d'avant guerre, illustre parfaitement le désir de tout être... pressé de suspendre le temps. Tenter de freiner cette fichue pendule qui ne cesse d'égrener inexorablement les heures qui passent, est un vain combat.

Alors, pour tuer le temps, afin qu'il ne les rattrape pas, les gens courent en tous sens et souvent sans savoir après quoi. Par les temps qui courent, il est parfois sage de laisser courir, à moins que vous ne couriez après la chance, les honneurs, la gloire ou le bonheur. Ce dernier exemple peut tenir du passe temps.

Si une tierce personne commence vraiment à vous courir, il serait raisonnable qu'elle laisse un peu de temps entre elle et vous, au risque de courir un réel danger.

Les pilotes qui prendront, dans quelque temps, le départ de la plus grande course automobile, devront se relayer pendant 24 heures. Au Mans, ils connaissent parfaitement la signification du verbe courir et le risque qu'il véhicule à chaque instant.

En effet, courir n'est pas de tout repos, même pour l'auteur qui a laissé courir sa plume avant d'aller sur le circuit, non pas pour prendre part à la course, mais pour courir le monde en côtoyant toutes les nations présentes.

Loin d'être anonyme, Jacky Ickx, en 1969, se mua en tortue pour traverser la piste et monter à bord de sa Ford GT 40. Riant sous cape et casque, il se disait assurément : attends, rien ne sert de courir, il suffit de partir à temps !

Daniel LEVOYER
Président, directeur de la publication



Copyright © 2018 ACTMR/La Vie Mancelle & Sarthoise